Return to site

Isabelle,

Femme

et Navigatrice

Charles Victor a fait sa première traversée de l'atlantique à la voile !

En 16 Jours avec notre Ambassadrice Isabelle Joschke sur GENERALI - Horizon Mixité !

Merci pour cette belle aventure ! En vidéo :

https://www.facebook.com/IsabelleJoschke

La Transat Jacques Vabre 2017 en double mixte et une ambition affichée, celle d'être au départ de la prochaine édition du Vendée Globe, en 2020.

Sereine et concentrée à l'approche du grand départ, Isabelle nous a confié sa passion de se retrouver confrontée aux éléments, de faire corps avec le crachin et la houle, d'alterner les moments à 200% responsable de la barre et de la navigation avec les moments de récupération, très à l'écoute de son corps.

Dans la navigation Océanique, il n'y a pas de place pour l'improvisation et l'à-peu-près ...

Par quarts de 2H, Isabelle retrouvera le coeur du voilier, enfin à l'abris des vagues, de l'humidité et surtout du sel qui "rentre partout" pour se concocter un solide en-cas pour réconforter son corps, revêtir des vêtements secs et surtout essayer de trouver un sommeil rapide et récupérateur.

Gourmande ? Pas tant que cela, une petite folie pour les financiers, mais plutôt raisonnable : fruits secs de toutes sortes, bananes séchées, noix, amandes et des oeufs au plat.

Coquette sur un bateau ? L'important est surtout de protéger son corps de toutes sortes de blessures, brûlures, lors de mouvements intempestifs du bateau, et de lutter contre les traumatismes ressentis par la peau avec le port des manchons étanches. Bien sûr, crème solaire et lunettes sont des indispensables.

Isabelle rêve depuis longtemps de ces aventures et de ce Tour du Monde.

Elle nous raconte quelle ténacité il faut pour y parvenir.

https://www.facebook.com/TransatJacquesVabre/

C'est d'abord un engagement personnel pour le sport de haut niveau au féminin:

« Nous sommes encore trop peu nombreuses »

LA MIXITÉ, UNE FORCE

Alors qu’aucune femme n'a pris le départ du dernier Vendée Globe, Isabelle Joschke continue son combat pour l’égalité homme-femme dans la voile. Ambassadrice des « Quatre saisons du sport féminin », elle a pour ambition de faire entendre la voix des femmes, mais aussi hisser haut la mixité. La navigatrice a reçu en 2016, le soutien du Comité Onu Femmes France. « Nous sommes encore trop peu nombreuses, notamment dans les courses au large, regrettait la native de Munich. Si les équipages féminins se développent, peu sont mixtes. Pour certains marins, c’est tout simplement impensable. C’est regrettable, car je suis persuadée que la mixité est une force. Nous avons des regards différents, entre autres, sur les manœuvres. Moi, par exemple, j’anticipe beaucoup pour limiter mes erreurs. Les hommes vont être plus rapides et spontanés. Dans un milieu mixte, ces messieurs nous poussent également à être plus combatives, plus compétitives. Des valeurs qu’on n’inculque pas suffisamment aux jeunes filles. Mais eux aussi ont à y gagner. En voile, par exemple, ils misent souvent sur leur force physique sans connaître leurs limites, là où nous connaissons et respectons davantage notre corps. Travailler ensemble permet à chacun de développer des facultés et des compétences nouvelles, de s’ouvrir à d’autres modes de fonctionnement. Il est possible de tirer le meilleur de cette collaboration, et donc d’accroître la performance collective. Tout le monde y gagnerait, sur un bateau comme en entreprise.

C’est ce que souhaite montrer Generali en soutenant le projet Horizon Mixité de la navigatrice, mais aussi en mobilisant et en sensibilisant ses collaborateurs à cet enjeu fondamental. 250 de ses salariés se sont ainsi déjà engagés, pancartes #HeforShe à la main. Cette campagne a été lancée par l’actrice Emma Watson et par ONU Femmes en septembre 2014. Elle a pour but d’encourager les hommes dans le combat pour l’égalité des sexes en les encourageant à prendre des mesures contre l’inégalité. Une initiative qui fait écho aux actions menées par Generali, comme la création de l’Observatoire des femmes et de l’assurance. « Les hommes ne sont pas nos ennemis, bien au contraire, Il faut gagner la bataille de la mixité avec leur soutien insiste Isabelle Joschke, dont l’association a été l’une des premières en France à participer à la campagne #HeForShe, en mobilisant 29 marins comme Franck Cammas, Alain Gautier et Michel Desjoyeaux ou Laurent Bourgnon. Ce n’est qu’ensemble que nous arriverons à promouvoir l’égalité des chances entre hommes et femmes. C’est pour cela qu’il est primordial que des sportifs de haut niveau et de grands chefs d’entreprises montrent l’exemple. »

C'est aussi une équipe en or :

"Si on m’avait dit il y a 10 ans qu’Alain Gautier allait me prendre sous son aile, j’aurais rigolé. C’est vraiment génial. Alain donne le ton général et gère l’ensemble du projet. Avec Generali, notre partenaire – titre, Alain nous donne l’ambition de nos moyens et elle n’est en aucun cas déterminée par le sexe de la personne qui skippe le bateau. Je travaille également avec Vincent Vandekerkhove, notre boat captain dunkerquois qui est très, très engagé dans son travail et notre projet. Il est efficace et polyvalent et je m’entends très bien avec lui. Florian Giffrain nous a rejoint. Il est complémentaire de Vincent, très compétent et agréable.

Et bien sûr, mon coéquipier, Pierre !

Pierre est un navigateur du Nord qui a un beau parcours au large avec trois Mini-Transats, une Route du Rhum et deux Transat Jacques Vabre dont la dernière qu’il a remportée. C’est une personne avec qui je m’entends très bien humainement à terre et en mer. Nous avons des points communs dans la façon d’aborder le sport, une vision assez similaire du haut niveau. En bateau, notre approche se ressemble. Du coup, les choses se font assez naturellement. Par exemple, nous avons tendance à beaucoup communiquer notamment avant une manœuvre. Et puis, nous nous faisons plaisir en mer autant l’un que l’autre. Pierre a un très bon feeling en mer ; il sent les choses et il les comprend grâce à ce flair. De plus, même si ce n’est vraiment pas la raison pour laquelle je l’ai embarqué avec moi sur la Transat Jacques Vabre, il est grand et très physique. Sur ce point, cela nous rend complémentaire ! Enfin, il est toujours égal à lui-même. Il a un caractère stable et il est calme."

 

Un voilier mythique :

C’est un voilier mythique et historique. Il a marqué son temps lorsqu’il est sorti de chantier en 2007 car il était très performant et c’était le premier 60 pieds dessiné par Guillaume Verdier (alors Safran de Marc Guillemot). Malgré ses 10 ans, Generali est toujours compétitif. C’est un voilier qui a été construit magnifiquement bien et il a évolué dans le bon sens au fur et à mesure de sa vie.

C’est un bateau qui est équilibré, homogène, il n’a pas de « trou ». Il marche à toutes les allures. Il a une belle assiette. À mon avis, sa plus grande caractéristique est son mât à trois barres de flèches. Il est grand et léger ce qui assure cet équilibre. Pour le reste, il est classique avec des dérives droites, une quille basculante et des ballasts.

Et une préparation sportive de haut niveau :

Je travaille beaucoup ma condition physique . La difficulté physique que génère un 60 pieds correspond complètement à ce que j’attendais. Le gros dossier pour moi est le matossage, transporter les voiles d’un bord à l’autre car elles sont souvent plus lourdes que mon poids. De plus, on ne se tient pas debout dans un 60 pieds, c’est compliqué de trouver les bons appuis, de se déplacer. Nous avons confectionné des systèmes de palans pour déplacer les voiles ce qui rend la tâche un peu plus facile. Il faut mettre le curseur au bon endroit entre ne pas se faire mal et tout de même matosser aussi rapidement que possible. C’est une équation compliquée.

Nous nous entraînons bien sûr en plus avec le bateau depuis la fin mai à Lorient, notre base. Depuis, nous avons enchaîné avec notre qualification, des sorties spécifiques et la Rolex Fastnet Race. Nous nous régalons et nous nous éloignons de plus en plus de la découverte de notre support. Nous nous posons encore de nombreuses questions mais nous avons démontré sur la Fastnet que nous étions dans le match par rapport à certains de nos futurs concurrents.

Le Défi Azimut a été un entraînement « grandeur nature » , et a confirmé notre bonne préparation puisque nous terminons 3 ème. C'était une ultime occasion de naviguer face à 10 autres monocoques de 60 pieds, d'évaluer notre progression . Elle nous a permis de prendre plus de repères sur 24 heures en mer et le tour de Groix.

C’est très stimulant à quelques encablures de la Transat Jacques Vabre .

Faire corps et communier avec la nature et les éléments, c'est le graal d'Isabelle .

Nous lui souhaitons bon vent !

Rendez-vous le 5 Novembre au Havre !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly